Non au Pôle muséal

L’opposition à la mise à l’enquête du Musée cantonal des Beaux-arts s’est achevé le 19 juin et a recueilli 186 oppositions. 

Si les questions de préservation du Patrimoine vous intéressent, lisez le rapport du Conservateur au sujet des Halles aux locomotives qui dit notamment ceci: « D’une manière générale, et malgré les interventions postérieures à son édification, la volumétrie, la spatialité et la matérialité de la construction de 1911 sont non seulement encore présentes, mais témoignent réellement d’une qualité historique et d’une conservation remarquable. Sa pérennité couplée à l’exceptionnalité de sa typologie et à son caractère unique dans le contexte ferroviaire de Suisse romande font du dépôt des locomotives de 1911 un édifice remarquable et particulièrement bien inscrit dans son site. « 

 

 

Recours du Collectif Gare au Tribunal fédéral Par le recours qu’il a engagé, le Collectif Gare marque son opposition frontale au Projet de Pôle muséal qui devrait se construire en lieu et place de l’actuelle Halle CFF aux locomotives et réunir sur ce site trois musées déjà existants, le Musée cantonal des Beaux-Arts, le Musée du Design et de l’Art Contemporain et le Musée de la photographie, d’ici 2020.

Une audience liée au recours déposé par le Collectif Gare auprès du Tribunal cantonal administratif s’est déroulé le 8 octobre 2013 au Buffet de la Gare de Lausanne. Les principaux documents se trouvent en bas de page. Pour compléter votre information, consultez nos articles par thème, « Pôle muséal » et « Halles CFF ». Le recours du Collectif Gare ainsi que les 3 autres recours déposés ont été rejetés, le 26 novembre 2013, dans l’arrêt rendu par le Tribunal administratif. Le Collectif Gare a donc déposé le 13 janvier 2014 un recours auprès du Tribunal fédéral.

Pourquoi le Collectif Gare s’oppose-t-il au Pôle muséal?

Un site inapproprié En 2009, passant outre le préavis du groupe cantonal d’évaluation des sites qui avait recommandé en tant que meilleure option un projet de musée sur la place de la Riponne (Musée-Cité), le Conseil d’Etat a retenu le site des «Halle CFF aux locomotives», classé au patrimoine régional en note 2. Le but annoncé était alors de reconvertir ce témoin de l’histoire industrielle en nouveau Musée cantonal des Beaux-arts. Cependant, le projet lauréat du concours international lancé en 2010 prévoit de démolir la quasi-totalité de la halle. Une solution radicale dont se félicite le jury, arguant du fait que les résultats du concours avaient mis à jour l’extrême difficulté d’une reconversion des halles et de leur conservation pour abriter le MCBA.

La démolition inacceptable d’un patrimoine  Ces conclusions démontrent clairement à quel point le site retenu était inapproprié au cahier des charges imposé. Le Collectif Gare juge inacceptable la démolition de la halle CFF et l’effacement pur et simple d’un témoin de cent ans d’histoire industrielle, ce qui représente un acte profondément anti-culturel commis au nom de la culture.

Riponne : l’occasion manquée Le Collectif Gare ne comprend pas que les autorités politiques créent aux forceps un « quartier des arts », entre les voies ferrées et un quartier d’habitation dense, alors qu’elles avaient une occasion inespérée de panser enfin la blessure urbaine que représente la place de la Riponne, lieu idéal au cœur de la ville qui, de surcroît, abrite déjà un « pôle muséal », mais qui n’a malheureusement, par manque de volonté politique, jamais été exploité comme tel.

Une décision politique mais non démocratique Ce qui précède donne la désagréable impression que tout sera fait et dit pour entériner une décision politique, mais non démocratique, prise il y a belle lurette sans tenir compte des impératifs de conservation du patrimoine ni de considérations urbanistiques liées à l’évolution de la ville, dans une zone névralgique déjà congestionnée.

Vers un nouveau pseudo centre-ville ingérable En effet, bloquer aujourd’hui, par un Plan d’affectation cantonal, 22’000m2 de terrain à l’ouest immédiat de la Gare, est aux yeux du Collectif Gare tout simplement déraisonnable. Comment comprendre qu’aucune analyse globale des flux n’ait été réalisée ni demandée ? Sans même parler des chantiers longue durée qui vont s’additionner à la gare et ses alentours,  comment ne pas se soucier aujourd’hui, en priorité, des incidences qu’auront, en termes de flux:
- l’imposant projet d’agrandissement de la Gare lui-même, qui n’est toujours pas dévoilé aux citoyens ;
- les 40 millions de voyageurs qui devraient y transiter en 2030 ;
- la position de la station gare du futur M3 ;
- la fermeture de trafic privé sur le Grand-Pont liée à la construction du tram et son report sur les avenues Ruchonnet et de la Gare, déjà lourdement impactées ;
- les accès publics et de livraisons aux musées ?
Le Collectif Gare craint que les Lausannois ne se retrouvent bientôt avec un nouveau pseudo-centre ville tout simplement ingérable.

Une facture salée à la charge des contribuables Le Collectif Gare s’inquiète enfin de l’ampleur des coûts qu’entraîneront pour les contribuables vaudois la construction des trois nouveaux musées à la Gare et la reconversion des trois anciens, à la Riponne, à la Cité et à l’Elysée. A ce jour, les promoteurs du projet retenu pour le Pôle muséal se contentent d’avancer le chiffre de 80 millions, qui ne correspond qu’à la construction du premier des trois musées. Tout porte à croire que la facture finale pourrait tripler, les autorités ayant évalué, lors de la présentation de la mise à l’enquête du PAC aux riverains, le coût total de l’ensemble de la plate-forme entre 200 et 300 millions de francs. La note sera donc salée en dépit de la contribution privée et les contribuables en paieront de toute façon la plus grande partie. Alors, pour le moins, il s’agirait de demander leur avis aux citoyens vaudois !

Pour en savoir plus, quelques documents à consulter Le Plan d’affectation cantonal était à l’enquête jusqu’au 24 septembre 2012. Vous pouvez lire ici le texte de l’Opposition au PAC du Collectif Gare rédigée par Me Jean-Claude Perroud, avocat, ainsi que l’Opposition au PAC Pôle muséal du Mouvement de défense de Lausanne, sous la plume de son président, Eric Magnin, et l’Opposition au PAC Plate-forme muséal de Jean-Claude Cochard, cheminot. Suite à la levée des oppositions, le Collectif Gare a déposé le 28 janvier un recours auprès du Tribunal administratif, document à lire ici: Pôle muséal Recours _CG. Ecoutez l’interview de notre avocat sur Rouge FM. Dans nos archives, vous pouvez consulter aussi la lettre que nous avons écrite aux Conseillers communaux en janvier 2012 et qui, hélas, est restée… lettre morte.

Comments are closed.