Lettre aux élus

Madame la Conseillère communale, Monsieur le Conseiller communal,

Selon les informations communiquées par la presse, vous allez être prochainement amené-e à ratifier la Convention signée entre les CFF et l’exécutif lausannois pour l’échange de terrains entre une zone constructible à Malley et le site des halles aux locomotives, à côté de la Gare de Lausanne.

Dans cette perspective, les quelque 300 citoyens que nous sommes, regroupés dans le Collectif Gare, qui s’est constitué peu après l’Association des Riverains de la Gare de Lausanne, interpellent les élu-e-s que vous êtes par ces quatre questions simples:

- Comment, en tant que politicienne et politicien responsables, peut-on avaliser une décision qui se prend dans la précipitation alors que pèsent nombre d’incertitudes sur les réponses à donner en matière de facilitations de trafic et de besoins en transports publics dans ce noeud gordien qu’est déjà actuellement la Gare de Lausanne et ses alentours?

- Comment peut-on accepter, sans avoir exigé de vraies alternatives, que l’on détruise, d’un côté des voies, des installations ferroviaires, en note 2 au Patrimoine, pour y ériger des musées, au demeurant tous existants, alors que de l’autre côté, juste en face, de nouvelles installations et infrastructures ferroviaires verront le jour au prix de la délocalisation forcée de 0,2% de la population lausannoise en pleine crise « extrême » du logement, pour reprendre le terme de M. Grégoire Junod ?

- Comment cautionner économiquement et écologiquement la démolition des halles CFF alors que Lausanne – on ne cesse de nous le rappeler – est un noeud ferroviaire de prime importance et qu’il faudra désormais faire rouler les trains à vide pour les faire réparer à Bienne, Genève ou Brigue, ce qui coûtera aux Vaudois plusieurs dizaines de millions de francs par an ?

- Comment accepter l’idée qu’aucun débat démocratique, aucune consultation n’ait eu lieu à ce jour sur ce qui se présente comme une refonte majeure du coeur de Lausanne entre destruction et création de quartiers, refonte qui semble se passer superbement d’une vision urbanistique digne de ce nom, comme d’une réflexion culturelle de fond? Faudra-t- il vraiment que les citoyens brandissent l’arme du référendum pour que le débat ait enfin lieu et qu’ils puissent se faire entendre?

Nous estimons que ces questions devraient être expressément discutées au sein du Conseil communal avant de procéder à la ratification de cette convention, raison pour laquelle nous vous demandons instamment de reporter cette ratification. Nous nous sentons d’autant plus en droit de le faire que le terrain des halles aux locomotives appartient encore à la Confédération, donc au peuple suisse.

Le Collectif Gare comprend les impératifs qu’implique l’évolution de la ville, mais n’accepte pas la politique du fait accompli qui s’est mise en place avec ce marchandage de terrains entre les CFF immobilier et nos exécutifs, et lʼopération de prestige « bling-bling », baptisée « Pôle muséal ». Ce sont les habitants, premiers concernés et splendides ignorés, qui passent au rouleau compresseur. Les exigences « d’intérêt général » des CFF ainsi que le développement des transports publics doivent reposer sur des projections et planifications mûrement réfléchies, capables de se conjuguer avec le respect du patrimoine bâti, au sud et au nord des voies. Il est encore à souligner que la construction du MCBA bloquera définitivement tout développement des transports publics à lʼouest de la Gare, dans le seul espace encore à disposition et destiné à cela, à la lisière dʼune Place déjà complètement congestionnée.

Or, aujourdʼhui, la priorité des quartiers de la Gare doit demeurer centrée sur la qualité de vie des habitants et la qualité de vie des voyageurs qui, en largement plus dʼun siècle, nʼont jamais été antinomiques. Il en va à terme de l’équilibre social dʼun des centres névralgiques de Lausanne qui doit rester vivant dans sa mixité dʼusage..

En espérant vivement que les intérêts des citoyens habitants soient enfin un tant soit peu soutenus et pris en compte par celles et ceux que nous avons élus pour nous représenter, nous restons à votre disposition pour vous rencontrer et vous invitons à consulter notre site, très régulièrement mis à jour.

Nous vous remercions de l’intérêt que vous porterez à cette lettre, Madame la Conseillère communale, Monsieur le Conseiller communal, et vous prions d’agréer nos meilleures salutations.

Le Comité du Collectif Gare
Janvier 2012

Comments are closed.