Et les Halles? Et les coûts? Et les travaux?

Le choix du site des Halles est emblématique. Et pourtant, il n’en restera à peu près rien car un musée dans les anciennes halles, classées 2 aux Monuments Historiques, n’était absolument pas réalisable techniquement! D’ailleurs, comment est-ce possible de déclasser si facilement et quand cela se fera-t-il? Qu’est – ce que les citoyens ont à dire?

Un crédit d’étude de 13’870’000 frs est accordé pour financer les études préliminaires sur le site et les bâtiments existants, les mandats d’architectes, le financement des études d’avant-projet afin de déterminer les infrastructures nécessaires. Les tâches opérationnelles sont placées sous l’égide d’un comité exécutif et de 3 groupes de travail(GT):GT site, musée et construction, GT aspects financiers, légaux et administratifs, GT coordination et développement de la gare. De plus, le Conseil d’Etat a constitué avec un statut consultatif, un groupe de concertation conçu comme un lieu d’échanges entre le comité de pilotage du projet et des personnalités représentatives des milieux politiques, culturels, économique, associatifs ainsi que des fondations, des artistes, des collectionneurs et de LA SOCIETE CIVILE. Mais à quel moment et comment les citoyens sont-ils donc consultés?

Il est prévu de garantir un développement harmonieux dans le contexte du quartier mais pour l’instant, on ne parle que de démolitions à la chaîne , sans pouvoir avoir accès à une réflexion urbanistique globale, des plans concrets. Que de précipitation! POURQUOI?

Le standard visé dans les coûts correspond à ce qui est réalisé au Palais de Tokyo. au Kunst(zeug)haus de Rapperswil Jona, au Mamco à Genève: 75’000’000 frs mais avec le financement  du GCES ( Cofin 23.04.2009, de combien?), le MCBA qui devient un pôle muséal de 3 musées, les transformations et démolitions à venir en lien avec le coup de pouce pour l’extension des voies( jusqu’au musée?), les passages sous-voies à créer, les sous-sols à excaver, le déplacement de la tour de contrôle, les voies de passage jusqu’au musée, les parkings, etc… à combien ces travaux pharaoniques vont-ils s’élever? Et tout cela pour environ 100’000 visiteurs par année. Et quand bien même la commission d’études des projets avait choisi le projet de Cité-Musée sur la place de la Riponne (avec parking, M2 et tout cela au centre de la ville, sur une place qui a besoin d’être revalorisée et développée ).

 

Laisser un commentaire