Halles CFF, il est peut-être encore temps de se poser les bonnes questions

La fondation Arnaldo Pomodoro, à Milan, un centre culturel dédié à l'avant-garde contemporaine

A propos de la lettre de lecteur de M. Rodolphe Luscher intitulée «De l’inachevé», le début d’une renaissance pour les halles CFF?» (24 heures du 15 mai 2013).
Comment ne pas donner raison à la pertinence du propos de M. Luscher, architecte, au sujet des halles d’entretien du matériel roulant des CFF qui, actuellement, exposent et mettent en vitrines les artistes vaudois sous le thème du «dessein»?
En visitant cette exposition, tout un chacun sera frappé par la volumétrie et la surface impressionnantes des halles existantes. Ce patrimoine architectural, hors du commun, ne mérite pas vraiment d’être démoli. Ces halles devraient pouvoir offrir des possibilités sans limites pour une réhabilitation culturelle destinée à recevoir l’un ou les musées prévus sur ce site. De telles réhabilitations ont déjà été exécutées dans d’autres villes et pays, telle la «Fondazione Arnaldo Pomodoro» à Milan qui en est un brillant exemple.
Ce n’est pas la qualité architecturale, par ailleurs de grande valeur, du projet lauréat qui est mise en cause, mais bien l’utilisation de ce site avec ses halles qui font partie du patrimoine lausannois et de l’histoire des chemins de fer. Il est peut-être encore temps de se poser les bonnes questions.
Luc Foretay, architecte, Lausanne, lettre de lecteur, dans 24 Heures, 29 mai 2013

This entry was posted in Courrier des lecteurs, Halles CFF, Pôle muséal. Bookmark the permalink.

Comments are closed.