Pius Knüsel – hérétique culturel – et nous, les voisins des CFF

L’édition de 24 heures du 7 avril 2012 contient un article fort intéressant sur une polémique lancée par le directeur de Pro Helvetia, Pius Knüsel qui vient de cosigner un livre intitulé “l’infarctus culturel”. L’ouvrage a fait effet d’une bombe dans les milieux culturels. Les auteurs mettent entre autre en doute l’actuel système de subventions culturelles (“la culture subventionnée ne concerne que 10% de la population”), et proposent de “diminuer de moitié le nombre des institutions relevant de la “culture du bâti” (au premier rang desquelles les musées et les théâtres) au profit d’une culture du flux numérique.”
Extrait de l’article signé Boris Senff: Le directeur de Pro Helvetia n’aurait pas le droit d’indiquer des pistes, d’exprimer des opinions? Même s’il a planté quelques douloureuses banderilles, le débat sur le futur financement de la culture semble lancé et l’invective, les replis idéologiques ne suffiront pas à le poursuivre. La culture Suisse ne vit pas encore à l’heure de la débâcle financière, mais certains signes sont inquiétants…
Dans le canton de Vaud, le projet de nouveau pôle muséal peine à trouver son financement et le théâtre de Vidy a reçu cette année une aide spéciale de 1 million de francs de la part de la ville de Lausanne. Maintenir les grandes institutions à flot implique parfois de resserrer ses choix. Rappelons que, en 2005 déjà, Pascal Couchepin, alors ministre de la Culture, critiquait la multiplication des musées dans 24 heures: “Quelle est la définition du patrimoine national? En 1965, il y avait 305 musées. A fin juin, on en recensait 946. Cette explosion ne correspond à rien”.

Qui l’aurait cru – Pascal Couchepin prophète?!

La question que pose le valaisan sur le patrimoine national est particulièrement intéressante dans le contexte du futur pôle muséal lausannois à la gare: Rappelons que pour réaliser ces musées, on démolit des bâtiments protégés et classés comme patrimoine de valeur nationale…

Mais pourquoi Pius Knüsel devrait-il m’intéresser en tant que riverain des CFF à la gare de Lausanne? Résumé (très subjectif):

Les CFF doivent augmenter la capacité de la gare de Lausanne. La ville de Lausanne doit développer la mobilité et l’offre des transports publics. Les Lausannois n’ont pas un besoin vital d’un pôle muséal à la gare. Les CFF ont un besoin vital que la ville construise un pôle muséal à la gare pour se débarrasser d’une halle industrielle qui est devenue indésirable car protégée et donc difficile à rentabiliser. La ville reçoit plus de 20’000m2 en plein centre ville en échange d’un terrain en périphérie. De l’autre côté des voies, les CFF invoquent le manque de place et expulsent des dizaines de locataires, exproprient des habitants propriétaires, démolissent des immeubles d’habitation, et la ville en plein conflit d’intérêt ne peut plus vraiment s’opposer.
Gageons que, sans le projet du pôle muséal, et cette idée de CFF immobilier de regrouper les beaux-arts, le MUDAC et l’Elysée à la gare, la position et l’engagement pris par la ville dans le dossier du logement autour de la gare serait différent ?

Et si au final – faute de financement public – CFF immobilier sponsorisait le Projet du MCBA? Peut-être qu’ils pourraient alors en échange installer leurs bureaux dans l’Elysée?

This entry was posted in CFF-Canton-Ville, Habitants et riverains, Pôle muséal, Politique du logement, Uncategorized and tagged , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.