Gare souterraine: Zurich, Lucerne et Bâle l’ont déjà choisie

Les experts le disent, les CFF en sont conscients: Quand la nouvelle gare de Lausanne sera inaugurée, elle risque d’être une fois encore trop petite. Que faire face à la croissance démographique et à la croissance de la mobilité alors que le pôle muséal implanté par les autorités aura entièrement absorbé le seul terrain encore disponible dans le secteur de la gare?

Nous avons posé la question de la croissance aux CFF lors d’un entretien. La réponse a été surprenante de clarté: « Oui, on le sait, la prochaine étape sera une gare souterraine, les études sont déjà en cours ».

Les gares souterraines se développent en Suisse

Eh bien voilà ! Adieu les problèmes de chantiers en parallèle du trafic ferroviaire, adieu les nuisances, adieu le danger constant du trafic de marchandises! mais alors, bon sang, pourquoi ne pas faire les choses tout de suite correctement et réaliser cette gare du futur aujourd’hui?!

C’est exactement ce qui est en train de se passer dans trois villes alémaniques; Zurich, Lucerne et Bâle.

Devisée à 2 milliards de francs, la gare souterraine de Zurich est en construction,  creusée 17 mètres en dessous des quais de la gare actuelle. Même scénario à Lucerne où l’on travaille sur un avant-projet qui verra carrément passer une voie  sous le lac des quatre cantons. Les politiciens de toute la Suisse Centrale se sont mobilisés pour le projet et ont milité à Berne pour leur gare. Pendant ce temps, à Lausanne, le seul souci politique est d’implanter un musée à la gare, ce qui risque de compliquer singulièrement tout développement futur, qu’il soit à l’air libre ou sous terre.

Détail intéressant: Un argument majeur en faveur de la gare profonde, la ‘Luzerner Tiefbahnhof’, est son prix: ”Malgré le coût de plus de 1 milliard de francs, le projet de la gare souterraine est moins cher que l’adaptation de l’infrastructure existante. Les CFF soutiennent le projet, parce qu’il représente pour eux la meilleure variante.” (source: cff.ch)

Même scénario encore à Bâle. Selon la ‘Basler Zeitung’, les CFF seraient en train d’élaborer « still und heimlich » un projet similaire à la gare souterraine de Zurich. Enterrée à 18 mètres, soit bien plus profond que le M2 à Lausanne, cette gare serait indispensable parce que « les capacités des rails ne laissent plus de marge et l’espace dans le quartier environnant est épuisé. » (source: bazonline.ch)

Et Lausanne, alors?

La gare du futur est indéniablement sous terre. Le quartier de Gundeldingen à Bâle est-il davantage digne d’être préservé que notre quartier  sous gare qui est intact, familial et sympa? Pourquoi les politiciens et les CFF s’acharnent-ils donc à défendre un projet destructeur qui semble déjà dépassé avant même le début des travaux? Comment peut-on défendre un projet qui défigure un des plus beaux quartiers d’habitations de la ville alors que des solutions alternatives existent? Et d’ailleurs qui peut dire aujourd’hui jusqu’où s’étendra cette hémorragie? La démolition de plusieurs immeubles d’habitations et la disparition ‘malheureusement inévitable’ d’une façade Belle-Epoque aussi emblématique que celle du Lausanne Guest House ne seraient-elles pas un signe inquiétant de manque de vision et de courage de la part de nos édiles ?

Ce sont là des questions que les citoyens doivent se poser maintenant. Avant qu’il ne soit trop tard.

This entry was posted in Agrandissement gare CFF and tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.